Accusé par un apprenti

Récit d’un lecteur

 

« Licencié pour faute grave, je suis dans l’état d’esprit d’un maitre d’école qui a punis et mis au coin un mauvais élève, mais n’a pas voulu le faire expulser de l’école, et se retrouve accusé de harcèlement parce que l’élève pour se venger aurait raconté à ses parents des mensonges et que ceux-ci l’auraient crus et auraient déposé plainte. »

 Accusé par un apprentilv88

Bonjour

Durant la première quinzaine de janvier 2015, je me suis vu notifier ma mise à pied conservatoire verbale avec un collègue. J’ai reçu le lendemain la lettre de mise à pied conservatoire pour le motif suivant : Nous avons eu à déplorer de votre part, un comportement inacceptable envers un apprenti (celui-ci étant mineur) ainsi qu’une deuxième lettre de convocation à un entretien préalable …… (mon collègue a lui aussi reçu les mêmes courriers.

J’ai contesté la mise à pieds conservatoire en expliquant qu’à la date du jour de la mise à pied, mon seul contact et dialogue avec l’apprenti était : un bonjour suivi d’une poignée de mains.

Lors de l’entretien avec le patron et assisté d’un délégué du personnel, le patron m’a exposé les faits : une première lettre des parents de l’apprenti (mineur) disait que leurs fils leur avait fait part de mon comportement envers lui (ce jeune était vulgaire, agressif, impulsif et voulait toujours avoir raison et se vantait de ces exploits avec ces copains) (fabulation peut-être). Dans le deuxième recommandé reçu plus de cinq jours après notre mise à pied, les parents de l’apprenti m’ont à nouveau mis en cause, ainsi que mon collègue, pour menace envers leurs fils, avec main courante, menace de procédures diverses …….. Il s’agit d’une famille en assistanat (aide sociale) pour les procédures.

J’ai expliqué ma version des faits en exposant mes arguments et le comportement du jeune. Mais comme mon collègue et moi, nous n’avions pas remonté le comportement de l’apprenti, afin de le protéger d’un renvoie dans les deux mois si son travail n’allait pas ….. Nous pensions qu’il était jeune et que ça allait lui passer.

Fin janvier, j’ai reçu ma lettre de licenciement pour faute grave aux motifs que :

  • Premièrement, l’apprenti s’est plaint qu’il m’avait posé une question et je lui aurais répondu par des insultes.
  • Deuxièmement, ils me disent que je m’en suis encore pris à l’apprenti et qu’après une altercation je lui ai dit : qu’il reste dans son coin et moi dans le mien (mots qui sont vrais de ma part après son comportement injurieux et son manque de respect envers une personne qui a 3 fois son âge (c’est à dire lui 16 ans et moi presque 50 ans).
  • Troisièmement, le jour de la mise à pied conservatoire, ils ont retrouvé l’apprenti dans un coin en pleurs car je l’avais soi-disant menacé.

Ils disent que lors de l’entretien j’ai reconnu certains faits, j’ai reconnu le 2ème en expliquant bien le détail de l’agression verbale du jeune ….

Quand à mon collègue, il est licencié aussi, mais pour faute réelle et sérieuse :

  • Premièrement, la veille de la mise à pied pour avoir menacé l’apprenti ;
  • Deuxièmement pour le même motif que moi le jour de la mise à pied : avoir menacé l’apprenti ;
  • Troisièmement, le jour de la mise à pied pour menace et violence envers un autre collègue que l’apprenti.

Mon collègue avait 3 ans d’ancienneté dans la société…. moi j’avais plus de 10 ans d’ancienneté dans cette société.

Je me trouve actuellement dans l’état d’esprit d’un maitre d’école qui a punis et mis au coin un mauvais élève, mais n’a pas voulu le faire expulser de l’école, et se retrouve accusé de harcèlement parce que l’élève pour se venger aurait raconté à ses parents des mensonges et que ceux-ci l’auraient crus et auraient déposé plainte pour harcèlement moral ou sexuel ou pour violence.

Je me trouve actuellement dans un état psychologique très perturbé […]. Après avoir consulté les aides aux victimes, je dois faire une lettre interrogative à mon ancien employeur sur les raisons de mon licenciement pour faute grave étant donné que je n’ai pas eu de confrontation avec la famille de l’apprenti (ni moi, ni mon collègue). Dans cette société il y a déjà eu la même chose il y a 3 ans.

Et bien sûr, je dois aussi faire d’autres démarches que je ne peux écrire ici.

Lors de mon solde de tout compte, ils m’ont dit que les parents de l’apprenti avaient encore fait des recommandés disant que ça n’allait toujours pas dans la société (mais rien contre moi ou mon collègue). J’ai eu d’autres collègues au téléphone, qui ont eu des problèmes avec le comportement du jeune …

Pour conclure en plus de 10 ans de services je n’ai jamais eu d’avertissement (juste des remarques, nous avons tous notre caractère).

L’employeur m’a dit qu’il ne voulait pas prendre le risque (à cause de la jurisprudence) de plutôt converser un employé et de se séparer de l’apprenti (peur d’un procès des parents)… et comme l’activité se trouve en très forte baisse…

Si vous remarquez le comportement inacceptable d’un apprenti ne faites surtout pas comme NOUS faite remonter l’information, afin de ne pas vous faire virer comme un malpropre.

 RéponseAdmin

Bonjour,

J’ai lu avec un grand intérêt votre témoignage. Il relate, malheureusement, ce qui se passe trop souvent : Au début, il y a tolérance, non dénonciation du comportement d’un autre salarié (apprenti ou autre) par des collègues ou un responsable …. Et puis, la relation se dégradant, celui qui n’a pas dénoncé se fait accuser de harcèlement par celui ou celle qui est, en réalité, à l’origine de la situation.

L’employeur a du mal à démêler le vrai du faux et pour ne pas mettre en jeu sa propre responsabilité, il préfère licencier celui ou celle qui est accusé de harcèlement. La loi protège, en effet, celui qui se dit victime de harcèlement et oblige l’employeur à prendre des mesures pour mettre fin au harcèlement.

Votre conseil à nos lecteurs est justifié. Dans nos lois, celui qui ne dénonce pas le premier, risque d’être accusé de harcèlement et ensuite et de se retrouver victime.

Dans votre cas, vous devriez essayer de réunir des témoignages et saisir les prud’hommes pour contester le licenciement et particulièrement la faute grave, car les preuves d’un harcèlement punissable d’un licenciement pour faute grave semblent ne reposer que sur les dires du jeune.

Bon courage.

Ce site gratuit est financé par la publicité, merci de nous soutenir.

Accéder à la page 1 du site : Licenciement pour faute grave

Pour retrouver d’autres commentaires ou questions et réponses du même type :

Accéder à la page : Salarié – Que faire ? Ou à la page : Licencié, comment s’en sortir ?

Sites conseillés pour une autre catégorie de licenciement : Le licenciement pour inaptitude, l’abandon de poste.

Le site Licenciement pour faute grave est le 1er site complet d’expertise et conseil autour du licenciement pour faute grave. Rubrique : Salarié. Article : Accusé par un apprenti. Les mots clés sont : licencié pour faute grave ;  apprenti ; salarié que faire ; salarié comment s’en sortir ; licenciement ; harcèlement ; entretien préalable ; employeur ; parents ; école ; faute grave.