Abandon de poste et absences

Jurisprudences faute grave : abandon de poste et absences

Abandon de posteL’abandon de poste par un salarié et certaines absences du travail non autorisées et injustifiées constituent une faute grave, justifiant un licenciement pour faute grave. Mais les circonstances tenant aux faits, à l’entreprise et même au salarié, peuvent atténuer, ou au contraire aggraver la faute.

Exemples de jurisprudences en matière d’abandon de poste et absences

Découvrez les exemples de jurisprudences de faute grave pour abandon de poste ou absences en cliquant sur les liens :

Licenciement pour faute grave pour abandon de poste ou absences

Abandon de poste ou absences : explications

Un salarié doit sa prestation de travail à son employeur et il manque donc gravement à son obligation contractuelle s’il abandonne son poste ou est absent sans autorisation et de manière injustifiée.

S’il n’existe pas de définition légale de l’abandon de poste, l’on peut dire quand même que l’abandon de poste par un salarié correspond à son absence non justifiée et non autorisée par l’employeur. Un départ anticipé, non autorisé et non justifié du salarié pendant le temps de travail est un abandon de poste.

 L’abandon de poste justifiera un licenciement pour faute grave, en raison de la désorganisation de l’entreprise résultant de l’absence fautive du salarié, ou parce que l’indiscipline est grave quand  l’employeur avait mis le salarié en garde contre un départ prématuré du travail.

Une absence non justifiée du salarié est aussi fautive et sa gravité augmente à mesure que l’absence se prolonge. Des absences pourront être qualifiées d’injustifiées, lorsqu’il s’agit d’une absence sans demande préalable, ou refusée par l’employeur (congés refusé à un salarié qui s’absente malgré cela aux dates non autorisées), ou encore correspondant à une prolongation injustifiée d’une absence (par exemple, cas du salarié qui ne revient pas après ses congés payés).

Mais, attention, certaines absences même non autorisées peuvent être légitime. Certains empêchements peuvent être soudains et imprévus (maladie, grave problème familial, grève des transports aérien empêchant un retour des congés à la date prévue, par exemple) qui seront justifiés après coup par le salarié.

Par ailleurs des absences ou retards injustifiés même courts de manière répétée, peuvent déclencher une procédure disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement pour faute grave.

Exemples d’abandon de poste ou d’absences constituant une faute grave

Ce site gratuit est financé par la publicité, merci de nous soutenir.

L’abandon de poste  constitue une faute grave. Une absence prolongée injustifiée, ou des absences fréquentes non justifiées, mêmes si elles sont de courte durée, ou encore le départ sans autorisation de l’employeur en congés payés avant la date, ou un retour reporté à plusieurs reprises, sans autorisation, justifient un licenciement pour faute grave.

En fait, pour apprécier la gravité des faits, il convient de prendre en compte les circonstances des faits, l’importance de la désorganisation engendrée par l’absence fautive, l’existence ou l’absence d’antécédents fautifs du salarié, ses fonctions, son âge et son ancienneté.

L’abandon de poste est aussi souvent utilisé comme motif pour un licenciement amiable.

Si vous souhaitez retourner à la page présentant l’ensemble des exemples de jurisprudences de fautes graves : cliquez ici

Retour à la page 1 du site : Licenciement pour faute grave

Site conseillé pour une autre catégorie de licenciement : Le licenciement pour inaptitude

 

Site Licenciement pour faute grave : 1er site complet d’expertise et conseil autour du licenciement pour faute grave et de la faute grave. Catégorie : Exemples jurisprudences de fautes graves. Article : Abandon de poste et absences. Mots clés : licenciement pour faute grave ; faute grave ; licenciement faute grave ; abandon de poste ;  absence injustifiée ; licenciement pour abandon de poste ; licenciement pour absences.