Récit de Laetitia, salariée en CDD en difficulté

Commentaire sur la page Rompre un CDD pour faute grave    Envoyé le 05/10/2015 à 3:36

 

Bonjour,

Je subis depuis plusieurs mois des pressions de la part de mon employeur m’ayant conduit à un arrêt de travail pour motif de symptôme anxio-dépressif réactionnel. J’ai souhaité rencontré le médecin du travail qui a déclaré une inaptitude temporaire.

Je suis en CDD chef d’équipe, non cadre, depuis le septembre 2014 jusqu’à fin décembre 2015.

J’ai toujours eu de bon retour sur mon travail et me suis investie totalement.

J’ai quitté un CDI pour intégrer cette entreprise concurrente suite à des promesses (embauche et salaire), non respectées à ce jour, qui m’ont été faites au moment de mon recrutement. Une promesse d’embauche a alors été émise par mon employeur actuel afin que je ne quitte pas l’entreprise au terme de mon premier CDD de 6 mois dont l’échéance était en mars 2015.

Cependant, des charges supplémentaires m’ont été attribuées (clients supplémentaires alors qu’un seul figure sur mon contrat de travail) et les heures supplémentaires effectuées (de 1h30 à 4h par jour quotidiennement depuis octobre 2014) ne me sont pas rémunérées ni notifiées pour récupération (pointage effectué cependant de ma part). La charge qui m’était attribuée m’obligeait afin de répondre aux attentes de mon employeur à travailler chez moi voire à faire des conférences téléphoniques avec des clients pendant le peu de congé qui m’était accordé. Par ailleurs je suis la seule employée non cadre à ne pas bénéficier de prime d’assiduité sans explication de la part de mon employeur (aucune absence de ma part).

Au mois de mai, les effectifs affectés sur mon pole étaient insuffisants voire inexistants sur plusieurs taches, non remplacés après fin de contrats. Ma charge de travail s’en est alors amplifiée et plusieurs prestations s’en sont trouvées en risque, devant palier moi-même au manque d’opérateurs sur des taches ne figurant pas sur mon contrat mais indispensables et m’empêchant certains moments d’effectuer celles réellement à ma charge.

Malgré les multiples alertes (mails et orales) que j’ai pu faire, il n’y a eu aucune intervention de ma hiérarchie.

S’en est suivi en aout une réaction client et une prise en main par l’équipe de direction de mon pole en me mettant à l’écart de toute organisation, décision.

De plus, des tentatives de mise en faute ont été menées à mon encontre et toute demande d’explication ou d’entretien finissait par un retour agressif de mon directeur (mail en ma possession). Aucun reproche ne m’était fait mais les actes et comportements de mes supérieurs étaient agressifs et dénigrants (ton employé, dé-crédibilisation de ma position hiérarchique, …).

J’ai bien compris et senti qu’il fallait un coupable et que le manque de réaction de mes supérieurs à mes alertes pouvait leur être porté en défaut. Suite à une énième humiliation devant mes équipes, je suis allée voir mon médecin pour me faire prescrire des antidépresseurs. Devant mon état, mon médecin m’a prescrit un arrêt de travail. Une semaine après mon arrêt, mon employeur a rédigé un courrier de convocation pour entretien préalable à sanction pouvant aller jusqu’à rupture anticipée de mon CDD. Je me suis présentée et expliquée sur les faits reprochés.

Ces faits concernaient le retard dû au manque d’effectif et ne m’était donc pas imputable. Je n’ai d’ailleurs pas eu de retour à cet entretien daté du 4 septembre 2015.

En revanche j’ai reçu un nouveau courrier recommandé un mois après stipulant la découverte de faits fautifs nouveaux (reçu le 5 octobre, début d’arrêt le 17 aout). Ce nouveau courrier et cette nouvelle convocation me mettent dans un état désespéré et je ne pense pas avoir la force d’en supporter plus.

Pouvez-vous m’orienter sur les démarches à suivre afin de pouvoir me défendre et faire cesser ce harcèlement afin que je puisse reprendre mon travail et honorer mon contrat ?

Vous remerciant par avance pour votre attention.

Ce site gratuit est financé par la publicité, merci de nous soutenir.

 

Voir la réponse :

Bonjour,

Il y a beaucoup de choses dans le récit de vos difficultés avec votre hiérarchie, je vais donc les aborder point par point…. Voir la suite…

 

Ceci peut aussi vous intéresser  : CDD faute grave   et   Rompre CDD pour faute grave (procédure)

A lire pour une catégorie spécifique de faute grave : l’abandon de poste.

Site conseillé pour une autre catégorie de licenciement : Le licenciement pour inaptitude et plus particulièrement sa page La procédure de rupture du CDD pour inaptitude.

Le site Licenciement pour faute grave est le 1er site complet d’expertise et conseil autour du licenciement pour faute grave, de la faute grave et de la faute lourde. Catégorie : procédure et lettres CDI et CDD.  Commentaire sur Rompre un CDD pour faute grave. Les mots clés sont : contrat à durée déterminée ; procédure de licenciement faute grave CDD ; procédure de rupture CDD  pour faute grave ; rompre CDD pour faute grave ; procédure de rupture CDD pour faute lourde ;  rompre CDD pour faute lourde.