Refus de pointer

Refus de se soumettre au pointage par une femme de ménage, constituant une désobéissance : licenciement pour faute grave. Le pointage est une formalité pour déterminer le temps de travail. 

Le licenciement pour faute grave pour refus de pointer

Une femme de ménage, salariée d’un syndicat professionnel, avait refusé de pointer, comme cela lui était demandé. L’ensemble du personnel était soumis à la même obligation.

L’employeur, estimant qu’il était dans son droit en mettant en place un système de pointage, a donc considéré qu’il y avait une faute grave de la part de la femme de ménage. Il a procéder au licenciement immédiat sans préavis de la salariée.

Le contentieux et la cassation : « faute grave »

La salariée ayant saisi le Conseil de prud’hommes, ce fut ensuite à la Cour d’appel de se prononcer.

La cour d’appel de Paris a relevé que l’employeur était « fondé à s’assurer de la durée du travail » de sa femme de ménage a énoncé que « le refus de se soumettre au pointage constitue un acte d’insubordination justifiant le licenciement » de la femme de ménage. Mais la cour d’appel a considéré que le licenciement consécutif à ce refus ne devait pas entraîner la perte de l’indemnité de préavis.

L’employeur estimant illogique et non fondé en droit le paiement de l’indemnité de préavis a contesté la décision de la cour d’appel par un pourvoi devant la Cour de cassation.

La Cour de cassation a d’abord constaté que le cour d’appel avait elle-même relevé que l’employeur était fondé à s’assurer de la durée du travail de la femme de ménage et que l’ensemble du personnel était soumis au pointage. Elle a ensuite indiqué « qu’en refusant de se soumettre au pointage [la femme de ménage] avait commis un acte d’indiscipline ayant un caractère de gravité suffisant pour justifier son renvoi immédiat sans préavis ». En conséquence, elle a précisé que les juges du fond n’avaient pas tiré les conséquences des constatations qu’ils avaient faites et a cassé et annulé la décision de la cour d’appel en ce qui concerne l’indemnité de préavis (Cour de Cassation, Chambre sociale, 22 juillet 1982, N°: 80-41012).

Source de la jurisprudence arrêt de la Cour de cassation : Legifrance.gouv.fr

Résumé : L’employeur est fondé à s’assurer du temps de travail de son personnel. Une femme de ménage est soumise à l’obligation du pointage au même titre que l’ensemble du personnel. Le refus de se soumettre à cette formalité du pointage, constitue selon la Cour de cassation une faute qui présente un caractère de gravité suffisant pour justifier son renvoi sans préavis.

Si vous avez été intéressé par cet exemple de jurisprudence de faute grave

Ce site est financé par la publicité, merci de nous soutenir.

Vous aimerez sans doute lire notre article : Faute grave : exemples

Mais peut-être préférerez-vous rejoindre notre page : Insubordination et indiscipline permettant d’accéder à un grand nombre de jurisprudences constituant une faute grave pour insubordination ou indiscipline.

A moins que vous ne préfériez choisir une autre catégorie de faute grave dans notre page : Exemples de jurisprudences de fautes graves,

ou encore ce qui concerne la jurisprudence sur l’abandon de poste.

Site conseillé pour une autre catégorie de licenciement : Le licenciement pour inaptitude

Le site Licenciement pour faute grave est le 1er site complet d’expertise et conseil autour du licenciement pour faute grave et de la faute grave, ainsi que du licenciement pour faute lourde et de la faute lourde. Catégorie : Exemple de jurisprudences de faute grave. Article : Refus de pointer. Les mots clés sont : refus de pointer au travail ; exemple de jurisprudences de faute grave ; insubordination et indiscipline ; insubordination ; indiscipline ; Cour de cassation ; jurisprudence faute grave.